fbpx
Sélectionner une page

Un lointain Noël de l’an 2010 — des siècles dans la mémoire médiatique de grand chemin —, Le Monde Magazine avait élu Julian Assange homme de l’année. Le portrait qu’en dressait Yves Eudes valait son pesant de groupies:

Grand, mince, élégant, Julian Assange, fondateur et patron de WikiLeaks, s’impose d’abord à ses interlocuteurs comme un orateur talentueux, à la voix grave et posée, sachant manier la rigueur, l’humour, l’émotion, mais aussi le sarcasme. En le regardant travailler, on découvre un professionnel surdoué, ultra-performant : dès qu’il se lance dans un projet, il s’y consacre totalement, nuit et jour, jusqu’à épuisement.

Le pauvre Assange ne savait pas, à l’époque, qu’il n’était qu’une tête de gondole. Une fois qu’il eut bien fait grimper les ventes, on s’est aperçu que le produit pouvait être volatile, et donc dangereux. A l’adulation a donc succédé l’occultation. Le «professionnel surdoué» au «mélange unique de compétences, acquises au cours d’une vie hors du commun», «convaincu que la transparence intégrale est l’arme la plus efficace contre la tyrannie», n’est plus qu’un citron pressé dont on a jeté la peau.


  • Pour mémoire: L’Antipresse s’associe avec ferveur à l’initiative lancée par des journalistes suisses en faveur de la libération de Julian Assange. Le destin du plus important lanceur d’alertes de notre temps est notre préoccupation constante. A signer, pour les journalistes et professions associées: https://speak-up-for-assange.org

Rejoignez-nous !

• Adhérez à la communauté de l’Antipresse: abonnez-vous au Drone (dès 50 € par an)!

• Envie de goûter d’abord? Inscrivez-vous au bulletin de liaison (ci-dessous) et recevez chaque semaine nos informations!

…Et soyez assurés que vos informations ne seront revendues à personne!

Bienvenue dans la communauté de l’Antipresse!