fbpx
Sélectionner une page

 

C’est l’une des conséquences cocasses de la «prise de conscience» climatique: voici que les tours de verre et d’acier deviennent politiquement incorrectes. Dévoilant, au passage, l’une des grandes imbécillités architecturales de l’ère moderne: on a construit des villes entières composées d’immenses serres qu’il faut chauffer en hiver… et refroidir à grands frais le reste du temps. Les architectes «progressistes» se rendent compte enfin de ce «bug» qui était une évidence pour toute personne pourvue de bon sens.

> «…La lumière du soleil a un accès illimité à l’intérieur de l’édifice, mais il n’y a aucun moyen d’en sortir. “Avec un bâtiment entièrement vitré, vous luttez contre l’environnement plutôt que de travailler avec lui”, déclare Simon Sturgis, conseiller du gouvernement et président du Royal Institute of British Architects sustainability group. Les gratte-ciel en verre conventionnels ne sont que de grandes serres. La chaleur ne peut s’en échapper parce que toute la structure est enveloppée dans une peau de verre. C’est excellent pour les tomates, mais pour les gens, cela signifie simplement qu’on ne peut pas se passer d’air conditionné.

La quantité d’énergie utilisée pour le refroidissement a plus que doublé depuis 2000, et elle doublera encore d’ici 2040 si nous ne réduisons pas notre dépendance à la climatisation, selon l’Agence internationale de l’énergie. “Même dans un climat tempéré, les problèmes de refroidissement deviennent de plus en plus graves et la prolifération des bâtiments en verre accentue ce phénomène”, explique Henrik Schoenefeldt, maître de conférences en architecture durable à l’Université du Kent.»

Rejoignez-nous !

• Adhérez à la communauté de l’Antipresse: abonnez-vous au Drone (dès 50 € par an)!

• Envie de goûter d’abord? Inscrivez-vous au bulletin de liaison (ci-dessous) et recevez chaque semaine nos informations!

…Et soyez assurés que vos informations ne seront revendues à personne!

Bienvenue dans la communauté de l’Antipresse!