fbpx
Sélectionner une page

Si le Coronavirus est un fléau historique pour des secteurs entiers de l’économie, certains se frottent les mains. Ainsi, Amazon annonçait il y a quelques jours l’embauche imminente de 100’000 employés supplémentaires pour absorber l’explosion de ses commandes résultant de l’épidémie actuelle. Tant que cela concerne les seuls Etats-Unis, d’une certaine façon, ça les regarde. Mais en Europe, devrions-nous subir la double peine de fermer nos librairies et en plus d’enrichir Super-Bezos? Un minimum de solidarité culturelle commanderait de s’interdire une telle facilité, au moins par le boycott.

De leur côté, les libraires européens pourraient peut-être profiter de l’occasion pour se fédérer et casser le monopole truqué d’Amazon; par exemple en appeler directement aux acheteurs de livres, leur vendre des stocks bas prix, réclamer des subventions postales pour rester compétitifs. Haut les coeurs, libraires d’Europe, on est avec vous, mais bougez-vous !

Désintoxiquez-vous: découvrez l’Antipresse!


…En vous inscrivant à notre bulletin de liaison gratuit.

Ou mieux encore: en vous abonnant!

Bienvenue chez vous! Qui sommes-nous? | Notre manifeste | Le magazine | Essayer