fbpx
Sélectionner une page

#### 

Deux ans avaient suffi pour que le président Bush junior avoue officiellement en 2005 avoir trompé le monde avec la fiole brandie devant l’Assemblée de l’ONU pour justifier l’attaque de l’Irak. Combien de temps faudra-t-il pour que les USA et leurs alliés admettent avoir fait pression sur l’Organisation pour l’interdiction des armes chimiques (OIAC) en vue d’obtenir des rapports justifiant le bombardement de la Syrie en 2018 ?

Grâce à une fuite à Wikileaks d’un expert de l’Organisation pour l’interdiction des armes chimiques (OIAC), on sait maintenant que la prétendue attaque chimique de Douma par le régime syrien n’a pas eu lieu et qu’elle a été mise en scène. Après avoir établi qu’aucune trace de gaz sarin n’avait été trouvée à Douma, l’OIAC a ensuite enquêté sur une possible attaque au chlore par le gouvernement syrien. Mensonge par omission, les rapports de l’OIAC, plusieurs fois remaniés, négligent de mentionner que la toxicité des traces de chlore décelées à Douma n’excède pas celles laissées dans votre appartement par la femme de ménage.
J.-M. Bovy/01.12.2019

Désintoxiquez-vous:
lisez l’Antipresse!

• …en vous abonnant à notre lettre-magazine du dimanche matin

• ou en vous inscrivant à notre bulletin de liaison gratuit (ci-dessous).

…Et soyez assurés que vos informations ne seront revendues à personne!

Bienvenue dans la communauté de l’Antipresse!