fbpx
Sélectionner une page

Comme journaliste de presse écrite et malgré son nom que devrait me faire bondir d’indignation, je lis l’Antipresse depuis la première heure et tous les dimanches quelles que soient la latitude et la longitude. Pour toutes sortes de raisons dont voici les principales :

1) C’est une question de santé mentale, d’hygiène intellectuelle : je ne supporte plus les complaisances, le conformisme, les partis pris, les omissions délibérées, l’absence de diversité des points de vue des médias dits mainstream en matière de politique internationale. J’ai commencé ma carrière de journaliste comme stagiaire à la rubrique étrangère du Journal de Genève : dans ce quotidien pourtant très libéral, il y avait plus de diversité qu’aujourd’hui dans l’ensemble de la presse suisse ou française.

2) L’avachissement de la langue française, la manie des anglicismes, les torsions de la syntaxe, les approximations, la pauvreté du vocabulaire, l’invasion du jargon académique et managérial me hérissent également au plus haut point.

3) J’apprécie de plus en plus les articles longs. Ma deuxième lecture préférée après Antipresse est le Monde diplomatique et la troisième, les sites de journalistes d’investigation critiques américains (en anglais), comme ceux de The Nation, de Consortium News, Strategic Culture

4) Je pense que nous entrons dans une nouvelle ère impériale marquée par la décrépitude de la culture et l’anéantissement de la nature. Dans cette phase historique, la survie de la culture comme de la nature passe par les catacombes, les interstices de la société et les replis des continents, les moines anachorètes ou stylites, les petites abbayes et confréries retirées du monde, les ilots de verdure ou les rares fonds marins qui ont encore passé entre les gouttes de la grande prédation humaine. Antipresse appartient à cette famille.

  • Guy Mettan est journaliste, député et ancien directeur du Club suisse de la Presse. Dernier livre paru: Le continent perdu.

Désintoxiquez-vous:
lisez l’Antipresse!

• …en vous abonnant à notre lettre-magazine du dimanche matin

• ou en vous inscrivant à notre bulletin de liaison gratuit (ci-dessous).

…Et soyez assurés que vos informations ne seront revendues à personne!

Bienvenue dans la communauté de l’Antipresse!