fbpx
Sélectionner une page

Tu me demandes: Qui je suis, un vieux soldat à la demi-solde peut-être ou un chaland qui passe sans doute… Pourquoi je lis l’Antipresse? En fait, je me souviens d’un petit texte dans lequel tu décrivais ton arrivée en Suisse de ce qui était encore la Yougoslavie. Je crois d’ailleurs y avoir réagi en quelques lignes que je me dois de préciser aujourd’hui. La description de la Suisse que tu y faisais, avec tes yeux d’enfant, m’avait touchée car elle transcrivait poétiquement celle que je conserve des illuminations de ma propre enfance. Je me suis dit qu’un homme accompli qui a su conserver son esprit d’enfance pour reconnaître ce qui est aimable, avec son cœur d’enfant, devait être de ma Patrie au sens ou Ramuz nous dit que «la patrie c’est les yeux et le cœur» (dans Besoin de Grandeur). Et puis, il y a des êtres qui me sont chers et qui ont fait ce que je suis devenu que tu as également côtoyé… Ceci dit, sachant que tu me sembles encore maîtriser ton ego, je peux donc te le dire. Je reconnais en toi un grand écrivain avec de fulgurantes inspirations notamment dans Le Rayon Bleu. Tu as également le courage de faire ta propre trace en dehors de grands chemins boueux. L’Antipresse en est la preuve. Comme tous les héros de l’enfance, tu as su aussi t’entourer de compagnons braves et fidèles pour défier ceux qui violent l’opinion des foules par leur propagande.

L’Antipresse est un antidote à l’abrutissement! Oh bien sûr, je ne partage pas toujours entièrement les idées que j’y lis mais je peux néanmoins les confronter aux miennes et parfois même me raviser. Je dois t’avouer que souvent je néglige un article dont le thème n’éveille pas tout de suite ma curiosité, pour y revenir plus tard, ou parfois pas… Ce que je reconnais par contre régulièrement c’est la qualité rédactionnelle et le soin apporté à la clarté de la présentation graphique. J’apprécie particulièrement dans les rubriques de l’Antipresse la liberté d’esprit et l’honnêteté intellectuelle de ses rédacteurs. En résumé et pour faire simple, en d’autres temps à une autre époque ou l’Internet n’existait pas l’Antipresse aurait pu s’appeler L’Aurore ou L’Humanité (celle de Jaurès, pas celle d’aujourd’hui).

NB: «On va à l’église parce qu’on à la foi mais on y retourne pour le sermon du curé»
\
\

+ Luc Monnier est officier.

Rejoignez-nous !

• Adhérez à la communauté de l’Antipresse: abonnez-vous au Drone (dès 50 € par an)!

• Envie de goûter d’abord? Inscrivez-vous au bulletin de liaison (ci-dessous) et recevez chaque semaine nos informations!

…Et soyez assurés que vos informations ne seront revendues à personne!

Bienvenue dans la communauté de l’Antipresse!