fbpx
Sélectionner une page

Au début, ce mot Antipresse m’irritait. Il supposait que tous les journalistes sont des guignols et que seule cette boutique nous fait réfléchir. C’est un peu court, c’est un peu gonflé. Au fil des dimanches, j’ai changé d’avis. Le nom est bien choisi. Il suggère que ce lieu n’est pas pour les gens pressés. Et il rappelle la nécessité de se rebeller contre les conformismes envahissants. Car il est vrai que les médias «de grand chemin», comme vous dites, naviguent sur des fleuves aux parcours préétablis et manipulés. Trouver un îlot où l’on voit la réalité autrement, c’est diablement bon. Y découvrir de surcroît des gens cultivés qui écrivent admirablement, c’est un cadeau. Merci de contrarier enfin les mensonges sur la Syrie, sur la Russie, de démonter tant de clichés ici et là. Le plus souvent en y allant voir vous-mêmes. Chapeau.

Bien sûr, vous m’irritez souvent. Le culte répétitif de la Nation devient aussi lassant que l’apologie du mondialisme affairiste. Ricaner sans cesse sur le projet de l’Union européenne sans se donner la peine d’élaborer une critique documentée, sans jamais articuler une proposition, c’est si banal, si conformiste. Ces facilités ne vous ressemblent pas. Pleurnicher sur les souverainetés perdues, les identités diluées, c’est à la mode dans bien des pays. Oublieux des temps pas si anciens où les peuples vibraient sous les drapeaux et couraient à la boucherie. Et si l’on renouvelait un peu ces discours?

Amis d’Antipresse, tenez bon. Cette pauvre Suisse romande où les débats disparaissent dans les grands médias a besoin de vous. Et d’autres. Dans la diversité. Les journaux d’opinion sont morts depuis longtemps, les grands titres s’affadissent, la télévision publique donne la priorité au divertissement. Le pan francophone de la Confédération devient un aimable «dom-tom», considéré avec une condescendance à peine polie par la métropole.

Mon vœu sincère est de vous voir ouvrir davantage encore le champ de vos curiosités, gagner de toujours plus nombreux lecteurs, trouver de nouvelles plumes. Quitte à les voir s’entrechoquer joyeusement.

  • Jacques Pilet est journaliste et patron de presse, notamment fondateur de L’Hebdo et du Nouveau Quotidien.

Rejoignez-nous !

• Adhérez à la communauté de l’Antipresse: abonnez-vous au Drone (dès 50 € par an)!

• Envie de goûter d’abord? Inscrivez-vous au bulletin de liaison (ci-dessous) et recevez chaque semaine nos informations!

…Et soyez assurés que vos informations ne seront revendues à personne!

Bienvenue dans la communauté de l’Antipresse!