fbpx
Sélectionner une page

Il y a une réponse très courte à cette question: parce que ça m’instruit et me divertit!

Pourtant elle ne correspondra pas aux attentes de M. Despot qui m’a si gentiment prié de lui faire part de mon sentiment envers ce drone qui a dû retourner à sa base pour y atterrir. Il y a presque deux ans j’avais formulé le vœu que ce pamphlet hebdomadaire soit à la hauteur, ni trop éloigné de ses sujets ni trop au ras des pâquerettes. Aussi avais-je souhaité qu’il ne s’écrase pas par manque d’attention ni qu’il se laisse dézinguer par des francs ou moins francs-tireurs. Cela s’est grosso modo réalisé.

J’avais aussi souhaité que le manque de conformisme de l’Antipresse ne se transforme pas en un anticonformisme convenu, une sorte d’idiosyncrasie appartenant au petit cercle d’initiés. Là je me permettrai une petite critique, juste de quoi aiguillonner la bête. Souvent, l’Occident officiel, celui qui est constitué de sa classe politique, économique et financière, s’y voit accusé de procéder à de sombres manipulations et des lavages systématiques du cerveau de ses résidents. Certes, nous vivons dans un monde de propagande dont les moyens sont des ordres de grandeur plus puissants qu’il n’y a pas même trente ans; cependant, les forces en jeu dans le reste du monde — Russie, Levant ou Chine — ne sont pas non plus niaises ou innocentes, idem pour l’eschatologie du nouveau mainstream écologiste et ses appels à la résipiscence. Oui donc aux éclairages originaux, si instructifs, avec la cautèle de savoir aussi nuancer ces vues-là.

Quant au Cannibale lecteur, il m’exaspère car j’en suis jaloux et ma jalousie me frustre; me voilà donc une de ses victimes. La semaine ne suffirait pas si l’on voulait lire tout ce qu’il cite et recommande, et je me demande comment fait-il pour vaquer aussi à d’autres occupations. Pratique-t-il l’autocannibalisme? Ce ne serait ni durable ni renouvelable.

On lit la presse «de l’autre bord» pour en comprendre les positions et les stratégies, pas pour s’instruire ou se divertir. Rien de tout ça ici, Antipresse est libre et n’aspire à aucun autre pouvoir que celui de s’exprimer. Bien que ne présentant pas que des thèses auxquelles j’abonde et que cela m’énerve un peu, j’y trouve de quoi penser, ce qui est un exercice louable et vraiment divertissant, surtout dans les brumes du dimanche matin. J’ose aussi espérer que puisse prospérer l’idée de créer, dans un esprit similaire, un cahier plus fourni paraissant épisodiquement. Cela manque dans notre pays.

Antipresse est un organe de presse rare, à protéger en le consommant.

Désintoxiquez-vous:
lisez l’Antipresse!

• …en vous abonnant à notre lettre-magazine du dimanche matin

• ou en vous inscrivant à notre bulletin de liaison gratuit (ci-dessous).

…Et soyez assurés que vos informations ne seront revendues à personne!

Bienvenue dans la communauté de l’Antipresse!