fbpx
Sélectionner une page

Depuis que MM. Trump et Soros, pour une fois unanimes, ont déclaré la Chine ennemie prioritaire, les médias de grand chemin commencent à s’affoler. Comment se protéger des chevaux de Troie de Pékin? Dans le collimateur, le géant Huawei. Sur [Arte](https://www.youtube.com/watch?v=DeN435q7fGw), nos journalistes s’interrogent avec anxiété: que restera-t-il de notre vie privée? Vont-ils aspirer toutes nos données? Le patron de Huawei, Ren Zhengfei, n’est-il pas trop proche de Xi Jinping? Ne serait-il pas, au fond, qu’un super-espion? Toutes questions qu’on ne s’est jamais posées au sujet d’un Zuckerberg, d’un Bill Gates ou des fondateurs de Google.

Pendant qu’on s’égare dans les méandres du complotisme, le véritable problème posé par Huawei passe peut-être inaperçu. Leader mondial de la technologie 5G, Huawei est également le premier responsable de ses conséquences potentielles sur la santé et la sécurité des populations. [On apprend](https://boingboing.net/2019/01/29/authentication-and-key-agreeme.html), par exemple, que l’EPF Zürich et l’université de Berlin ont décelé une faille dans le système qui permet de capter les conversations avec du matériel de scanning électronique très accessible.

Mais le problème le plus important soulevé par la 5G est l’impact que cette nouvelle couche d’ondes radio surpuissantes va avoir sur la santé humaine et l’écosystème — d’autant plus difficile à estimer que les conséquences des technologies existantes (3G, 4G) n’ont toujours pas été officiellement établies.

Aux États-Unis, un chercheur et activiste de longue date, Arthur Robert Firstenberg, a lancé une pétition pour l’arrêt de la 5G dont l’argumentaire résume le risque encouru selon lui:

 

> [«La 5G va massivement augmenter l’exposition aux radiofréquences (RF) en sus des réseaux 2G, 3G et 4G déjà en place pour les télécommunications. Les rayonnements RF se sont avérés nocifs pour l’homme et l’environnement. Le déploiement de la 5G constitue une expérience sur l’humanité et l’environnement qui est décrite comme un crime en droit international. Malgré un déni généralisé, les preuves que les radiofréquences (RF) sont nocives pour la vie sont déjà écrasantes. Les preuves cliniques accumulées sur des êtres humains atteints, les preuves expérimentales de dommages à l’ADN, aux cellules et aux systèmes organiques d’une grande variété de plantes et d’animaux, et les preuves épidémiologiques que les principales maladies de la civilisation moderne – cancer, maladies cardiaques et diabète – sont en grande partie dues à la pollution électromagnétique, forment une base documentaire de plus de 10 000 études validées.»](https://www.dailystar.co.uk/news/latest-news/757194/5g-wireless-network-deadly-cancer-Arthur-Robert-Firstenberg-technology-news)

Désintoxiquez-vous:
lisez l’Antipresse!

• …en vous abonnant à notre lettre-magazine du dimanche matin

• ou en vous inscrivant à notre bulletin de liaison gratuit (ci-dessous).

…Et soyez assurés que vos informations ne seront revendues à personne!

Bienvenue dans la communauté de l’Antipresse!