fbpx
Sélectionner une page
  • Chronique de Slobodan Despot aux «Beaux parleurs» de la RTS, le 1.12.2019

Le corps électoral est-il soluble dans l’acide juridique? Nous venons encore d’en avoir la preuve à Genève. A une confortable majorité, les citoyens genevois, faisant écho en février 2019 au vote de leur Grand Conseil, avaient accepté une loi sur la laïcité stipulant notamment l’interdiction du port des signes convictionnels dans les parlements, mais il a suffi d’une goutte d’acide aux juges pour dissoudre cette décision populaire.

La recette loufoque de ce dissolvant aurait intéressé les enfumeurs savants de M. Molière. En effet, nous disent les docteurs de la loi, le voile n’est pas désirable dans les exécutifs qui représentent la République, laquelle est laïque et neutre. Mais le Parlement, lui, est censé représenter le Peuple dans, je cite, «toute sa diversité». Donc, va pour le voile si la diversité porte le voile. La majorité des Genevois espéraient, par ce vote, empêcher leurs institutions de ressembler aux rues de Birmingham, leurs magistrats leur ont remis les yeux en face des trous: quoi que vous fassiez, leur disent-ils, votre ville comme toutes les autres devra ressembler aux rues de Birmingham!

Citoyens genevois, il ne vous reste qu’à prendre la dictature des juges par son bon côté: n’ayez plus honte de vos distinctions vestimentaires quand vous irez siéger. Garçons bouchers, à vos tabliers! Drag-queens, à vos talons surcompensés! Disciples du pastafarisme, n’oubliez pas de vous présenter avec vos passoires sur la tête.

Comment? Vous criez à la provocation? D’accord, la boucherie-charcuterie ou les sexualités alternatives ne sont pas peut-être pas — pas encore! — encore des religions. Mais on pourra aussi objecter que le port du voile est une coutume qui ne constitue pas un pilier de la religion islamique. L’imam de Bordeaux, par exemple, Tareq Oubrou, a déclaré: «se couvrir les cheveux», pour la femme musulmane, est «une prescription équivoque et mineure».

Quant au pastafarisme, c’est différent. L’Église du Monstre en spaghetti volant a beau n’avoir qu’une quinzaine d’années, elle fait définitivement partie de l’offre religieuse dans toute sa démocratique diversité. La Hollande, entre autres, l’a admise comme une religion à part entière, et la Nouvelle Zélande reconnaît officiellement le mariage pastafari. Or, qu’est-ce qui identifie le pieux pastafari? Justement, le port d’une passoire en guise de couvre-chef! Ce n’est pas essentiel, certes, c’est une prescription mineure. Comme le voile selon Tareq Oubrou.

On espère donc que les passoires renversées se répandront bientôt dans le Grand conseil genevois et les conseils municipaux comme les champignons dans les sous-bois en automne.

 

Rejoignez-nous !

• Adhérez à la communauté de l’Antipresse: abonnez-vous au Drone (dès 50 € par an)!

• Envie de goûter d’abord? Inscrivez-vous au bulletin de liaison (ci-dessous) et recevez chaque semaine nos informations!

…Et soyez assurés que vos informations ne seront revendues à personne!

Bienvenue dans la communauté de l’Antipresse!