fbpx
Sélectionner une page

 

Le ministre de la défense letton Artis Pabriks n’y va pas par quatre chemins. Lors d’une commémoration, il a déclaré le 28 septembre que les Lettons qui ont combattu au sein de la Waffen SS durant la IIe Guerre mondiale étaient «la fierté du peuple letton et de l’Etat».
Répétons pour ceux qui n’auraient pas bien lu: un ministre d’un pays membre de l’UE déclare les Waffen-SS fierté de son peuple et son Etat et… rien ne bouge! L’ambassade de Russie en Lettonie a vigoureusement condamné cette réhabilitation de criminels de guerre qui «fait dresser les cheveux sur la tête». Mais pas un mot sur l’affaire à l’ouest de Riga!

On imagine la réaction de nos médias de grand chemin si, par exemple, le premier ministre belge décernait un brevet de patriote exemplaire au SS-Sturmbannführer Léon Degrelle?

La Lettonie est de toute évidence trop près de l’ennemi russe pour que de telles éruptions de totalitarisme émeuvent quiconque en Occident. Qu’importe l’idéologie, en somme, pourvu qu’elle soit contre la Russie.

Il n’empêche: le démon est défitivement sorti de sa boîte. Le Centre d’excellence coopératif pour la cyberdéfense de l’OTAN se trouve à Tallinn, à deux pas de là. L’organisation pourrait orienter sa vigilance antitotalitaire sur ces résurgences préoccupantes dans sa basse-cour. A moins que la répression de cette menace-là ne fasse pas partie de ses préoccupations?

Rejoignez-nous !

• Adhérez à la communauté de l’Antipresse: abonnez-vous au Drone (dès 50 € par an)!

• Envie de goûter d’abord? Inscrivez-vous au bulletin de liaison (ci-dessous) et recevez chaque semaine nos informations!

…Et soyez assurés que vos informations ne seront revendues à personne!

Bienvenue dans la communauté de l’Antipresse!