fbpx
Sélectionner une page

En avril dernier déjà, une baleine russe soupçonnée d’espionnage avait été repêchée dans le Grand Nord norvégien. Equipé d’un harnais pouvant servir à tenir un appareil de photo ou une arme, l’animal s’était montré agressif à l’égard des embarcations de pêche, mais avait prouvé ensuite aux pêcheurs qu’il était affable et apprivoisé. Dans le harnais, on avait retrouvé l’inscription «Equipement de Saint Pétersbourg».
La presse norvégienne a été prompte à pointer du doigt la Marine russe soupçonnée d’utiliser des bélougas pour des opérations spéciales à caractère agressif. Agressif, vraiment? Selon le quotidien britannique The Guardian, un institut russe de recherche biologique situé à Mourmansk sur l’océan Arctique aurait été réellement chargé par la Marine d’étudier si les baleines albinos pouvaient être utilisées pour garder l’entrée des bases navales de l’Arctique ou accompagner des plongeurs en mission. La baleine appréhendée par les Norvégiens était peut-être une apprentie qui a raté un exercice et en a profité pour passer à l’Ouest.
La hantise d’une agression russe, qui tourne à l’obsession, fait voir aux pays limitrophes de la Russie — et par contagion à l’ensemble du bloc occidental — des menaces imaginaires. Le vocabulaire des médias teinte de rhétorique guerrière le moindre incident. Ainsi tout récemment, l’opinion norvégienne a été mise en garde contre une invasion de saumons russes dans les rivières de la région du Finnmark qui borde la Russie. Les pêcheurs ont été appelés à exterminer le poisson agresseur, qui met en péril la biodiversité des eaux norvégiennes. Le terme d’«occupant» était le mot pour qualifier ce nouveau type d’envahisseur.
Après la cyberguerre qui fait rage, voici venir l’écoguerre !

J.-M. Bovy/31.07.2019

PS — En revanche, la transmission de données de vol sensibles directement à Washington par les chasseurs F-35 de l’armée de l’air norvégienne ne semble pas alarmer grand-monde… Ce n’est pas de l’espionnage, ce n’est qu’une bienveillante surveillance…

Désintoxiquez-vous:
lisez l’Antipresse!

• …en vous abonnant à notre lettre-magazine du dimanche matin

• ou en vous inscrivant à notre bulletin de liaison gratuit (ci-dessous).

…Et soyez assurés que vos informations ne seront revendues à personne!

Bienvenue dans la communauté de l’Antipresse!