fbpx
Sélectionner une page

Selon la NZZ, «Le ministre de l’Agriculture Guy Parmelin [UDC, réd.] aurait réagi violemment à un article des scientifiques de l’ETH qui décrivait l’agriculture comme en partie responsable du mauvais état des eaux suisses.»

«L’eau est polluée par les nitrates et les pesticides de l’agriculture… il faut agir.» Ainsi commence une fiche d’information de quatre pages de l’Eawag, l’Institut de recherche sur l’eau de l’ETH (École polytechnique fédérale de Zurich). Selon les chercheurs, des effets négatifs sur la reproduction, le développement et la santé des plantes, des animaux et des micro-organismes seraient à craindre. Cette prise de position est particulièrement dévastatrice au vu des initiatives populaires en cours qui visent à restreindre, voire à interdire, l’utilisation des pesticides en Suisse.

Selon le Blick, Guy Parmelin aurait «personnellement» veillé à ce que la fiche de l’Eawag reste sous clé. La censure n’était pas au goût des chercheurs de l’École polytechnique zurichoise. De son côté, Parmelin aurait vu «de l’influence politique» dans le document qui a été préparé à l’origine pour le Parlement.

Désintoxiquez-vous:
lisez l’Antipresse!

• …en vous abonnant à notre lettre-magazine du dimanche matin

• ou en vous inscrivant à notre bulletin de liaison gratuit (ci-dessous).

…Et soyez assurés que vos informations ne seront revendues à personne!

Bienvenue dans la communauté de l’Antipresse!