fbpx
Sélectionner une page

«Du gaz, oui, mais pas pour nous!». Nous, ce sont les 45 % des ménages russes qui ne sont pas encore branchés sur le réseau et qui ont pu suivre sur leurs écrans comment Poutine et Erdogan inauguraient en ce début d’année le gazoduc «Turkish Stream». Même si la nouvelle conduite qui alimentera en gaz la Turquie et une partie de l’Europe passe à deux pas de leur maison, ces laissés pour compte devront continuer de se chauffer à l’ancienne et pour beaucoup de tailler leurs bûches dans le froid. Car il est hors de question pour la majorité d’entre eux de débourser plus de 200’000 roubles pour pouvoir se brancher, soit une petite fortune dans les régions défavorisées de la vaste Russie.

La société Gazprom, qui exploite le gaz de Russie, est la plus grande entreprise du pays et la première valorisation boursière d’Europe. Ses dividendes profitent pour moitié à l’État, qui détient 51 % des actions, et pour le reste aux actionnaires privés, russes et étrangers. Ceci explique en partie pourquoi en 2019, selon les données de Forbes, les cinq oligarques les plus riches de Russie ont pu augmenter leur fortune de 27 milliards de dollars, grâce notamment à leurs investissements dans les richesses naturelles du pays, alors que le reste de la population, soit 146,6 millions de citoyens moins lesdits 5 oligarques, ne s’est enrichi que de 18 milliards de dollars.

J.-M. Bovy/10.01.2020

Désintoxiquez-vous:
lisez l’Antipresse!

• …en vous abonnant à notre lettre-magazine du dimanche matin

• ou en vous inscrivant à notre bulletin de liaison gratuit (ci-dessous).

…Et soyez assurés que vos informations ne seront revendues à personne!

Bienvenue dans la communauté de l’Antipresse!