fbpx
Sélectionner une page

Le Service de renseignement de la Confédération helvétique a décidé de s’attaquer à la menace extrémiste «de droite comme de gauche», nous rapporte la presse.

«L’extrême droite et l’extrême gauche sont dans le collimateur du Service de renseignement de la Confédération, parce qu’un potentiel de violences existe dans les deux camps», annonce le bilan annuel du SRC.

Les extrêmes des deux bords sont ainsi mis sur le même banc des accusés dans la communication diplomatique du Service. Et les journalistes ne se donnent pas la peine d’examiner le bien-fondé d’une telle égalité de traitement.

Or il suffit de s’équiper d’un surligneur pour constater un déséquilibre criant. Par exemple, à partir de l’article du Nouvelliste du 25 mai:

Les seuls faits « graves » relevés par l’extrémisme de droite (souligné en jaune dans notre PDF) sont :

    • « aucun acte violent »* en 2018.
  • « aucun concert n’a eu lieu » en 2018
  • ’extrémisme de droite a « même ouvert son propre local» et osé organiser des « tables rondes ou de soirées thématiques également accessibles au grand public »
  • enfin, les militants « s’entraînent »« à la manipulation d’armes à feu » … « et aux sports de combat »…. (activités par ailleurs légales et ordinaires dans les stands de tir et clubs de sport de toute la Suisse).

En revanche, du côté des agneaux de l’extrême gauche (surlignage bleu dans le PDF :

  • Sur les «226 cas » perpétrés en 2018, « 78 ont donné lieu à de la violence (100 en 2017) »
  • Ils se sont « affrontés avec la police »« ce qui engendre régulièrement des blessures. »
  • « Des incendies criminels ont été perpétrés », « un attentat raté au moyen d’un dispositif explosif ou incendiaire dans le contexte du Forum économique de Davos. Les CFF n’ont pas été épargnés. Fin septembre, deux attaques coordonnées ont visé leur réseau, une action similaire au sabotage de juin 2016. En tout, plus d’une dizaine d’incendies criminels ont été recensés en 2018 »
  • « les autorités ont découvert une arme à feu chargée lors d’une perquisition au domicile d’un militant. »

En somme, sans la violence de l’extrémisme de gauche, les activités d’extrême droite n’auraient pas justifié le moindre rapport des renseignements fédéraux. Une bonne raison de renvoyer tout le monde dos à dos!

Désintoxiquez-vous:
lisez l’Antipresse!

• …en vous abonnant à notre lettre-magazine du dimanche matin

• ou en vous inscrivant à notre bulletin de liaison gratuit (ci-dessous).

…Et soyez assurés que vos informations ne seront revendues à personne!

Bienvenue dans la communauté de l’Antipresse!