fbpx
Sélectionner une page

Dans un tweet «plus vrai que nature», le compte TRÈS parodique «Le Journal de l’Elysée» (@JournalElysee) faisait dire à Sibeth Ndiaye, la porte-parole du gouvernement, que «Orienter la réalité pour faire accepter notre projet politique aux Français ne relève pas du mensonge mais de la désinformation positive».

Invention d’humoristes? Non, hélas. La désinformation positive fait officiellement partie de l’outillage pédagogique des équipes de communication de la Commission européenne. Ce sont les spin doctors de l’UE qui l’expliquent eux-mêmes, sans complexe, à une équipe de youtubeurs pas vraiment complices qu’ils avaient invités à un «voyage d’étude pour influenceurs», peut-être par une erreur de casting.

L’équipe du Fil d’actu a enregistré des propos cartes sur table (YouTube):

  • sur la guerre totale à la Russie dans le domaine de l’information, accusée (avec une bonne dose de paranoïa) d’être derrière tous les troubles que connaît l’Union. (min. 42).

  • sur l’exploitation des technologies de hacking (ce qu’on reproche justement aux Russes!) à des fins de «désinformation positive » (min. 47).

Bref: le hacking et la désinformation, c’est mal si c’est utilisé contre nous. C’est bien lorsque les gentils s’en servent. Or ne sommes-nous pas suintants de gentillesse?

Désintoxiquez-vous:
lisez l’Antipresse!

• …en vous abonnant à notre lettre-magazine du dimanche matin

• ou en vous inscrivant à notre bulletin de liaison gratuit (ci-dessous).

…Et soyez assurés que vos informations ne seront revendues à personne!

Bienvenue dans la communauté de l’Antipresse!