fbpx
Sélectionner une page

Invité au Forum économique de Davos, le président Zelenski a pris la parole devant une salle à moitié vide. Il est pourtant habitué à tenir la vedette dans les médias et les raouts mondiaux. Pourquoi les gourous du business international se sont-ils détournés de lui? Ils devraient baver d’intérêt devant les possibilités d’affaires que le dernier crédit du FMI d’un montant de 5,5 milliards de dollars va ouvrir aux partenaires de l’Ukraine. Peut-être ont-ils peur de se trouver compromis, comme le fils de Joe Biden, dans les douteuses machinations d’une des économies les plus corrompues d’Europe?
Pour répondre aux exigences du FMI, qui a posé comme condition de l’octroi de son crédit une lutte sans merci contre la corruption, le premier ministre Oleksei Hontcharouk a imaginé une mesure originale: doubler, voire tripler le salaire des ministres et des hauts fonctionnaires, qui échapperont ainsi aux tentations des dessous de table. Il suffisait d’y penser! Dans un pays au bord de la faillite où le salaire moyen avoisine 300 euros, une prébende mensuelle allant jusqu’à 50 000 dollars permettra aux serviteurs du peuple de se concentrer sur leurs tâches. Pour rappel, «Serviteur du peuple» est le nom que Zelenski a donné à son parti et que l’ancien acteur a repris de la série télévisée où il a eu tout loisir de répéter son rôle de président avant d’entrer en fonction.
Ce qui est maintenant devenu un show quotidien de téléréalité ne manque pas de rebondissements pour tenir en haleine le public ukrainien. Ainsi le très jeune et très branché Hontcharouk, qui circule en trottinette dans son palais ministériel, a tenu en privé des propos peu élogieux sur son président et s’est vu contraint de lui offrir sa démission. En devisant avec le ministre des Finances et les dirigeants de la Banque nationale d’Ukraine, il aurait dit de son président qu’il avait une conception primitive de l’économie et du brouillard dans la tête. Il s’est aussitôt dédouané en affirmant qu’il était lui-même un profane en matière d’économie. Beau joueur, Zelenski n’en a pas tenu rigueur à l’impertinent chef de cabinet qui est resté aux commandes.
J.-M. Bovy/24.01.2020

Désintoxiquez-vous:
découvrezl’Antipresse!

• …en vous abonnant à notre magazine du dimanche matin

• en l’essayant gratuitement pendant un mois

• ou en vous inscrivant à notre bulletin de liaison gratuit (ci-contre).

…Et soyez assurés que vos informations ne seront revendues à personne!

Bienvenue chez vous! Qui sommes-nous? | Notre manifeste | Le magazine | Essayer