fbpx
Sélectionner une page

Ce n’était probablement pas sa meilleure performance. Devant l’Assemblée générale de l’ONU, le président de l’Ukraine Zelensky a brandi un objet de 12,7 mm. Pas une fiole, mais une balle. Celle qui en 2016 a tué le chanteur d’opéra Wassyl Slipak «mort dans le Donbass en défendant l’Ukraine de l’agression russe», pour reprendre les termes de Zelensky.

Le tireur qui a abattu Slipak est un Ukrainien, nommé Efremenko. Il est passé du côté des rebelles indépendantistes après avoir servi dans la marine ukrainienne. Difficile de parler ici d’un cas typique d’agression russe. Efremenko défendait la ligne de front qui sépare les deux républiques rebelles du reste de l’Ukraine. Il a été stigmatisé dans les médias ukrainiens comme étant un «sniper» qui aurait tué un homme sans défense, alors que Slipak était lui-même armé d’une mitrailleuse dirigée contre les rebelles. Qualifié de traître à son pays l’Ukraine, Efremenko a néanmoins exprimé ses regrets en apprenant qu’il avait pris pour cible une personnalité qu’il admirait.
Dans son discours, Zelensky a présenté Slipak comme un artiste qui aurait sacrifié une carrière prestigieuse entre l’Opéra de Paris et le Covent Garden pour se battre pour son pays sous les traits d’un nouveau Tarass Boulba à la mèche de Cosaque. Mais faire de lui un héros national, alors que le chanteur s’était engagé dans les rangs des volontaires ultranationalistes et néonazis du «Secteur droit» est un pari qui risque de s’avérer contre-productif. Alors qu’une écrasante majorité des électeurs l’a élu à la présidence pour ramener la paix dans le Donbass, Zelensky a ainsi cautionné et encouragé par ses paroles un extrémisme violent qui dénonce toute tentative de paix comme une trahison. À l’annonce de la reprise du processus de mise en œuvre des Accords de Minsk, selon la formule proposée par le ministre allemand Steinmeier, une foule menaçante s’est à nouveau emparée de la place Maïdan aux cris de «capitulation». La voie de la paix promet d’être un chemin de croix pour Zelensky.
J.-M. Bovy | 10.10.2019

Rejoignez-nous !

• Adhérez à la communauté de l’Antipresse: abonnez-vous au Drone (dès 50 € par an)!

• Envie de goûter d’abord? Inscrivez-vous au bulletin de liaison (ci-dessous) et recevez chaque semaine nos informations!

…Et soyez assurés que vos informations ne seront revendues à personne!

Bienvenue dans la communauté de l’Antipresse!