fbpx
Sélectionner une page

En dehors de la ligne de front du Donbass, il en est une autre où la confrontation se poursuit depuis plusieurs années dans l’ensemble du pays entre les nationalistes ukrainiens et le camp favorable à une attitude conciliante avec la Russie. C’est le front de la chanson, où une victoire a été récemment marquée par le camp prorusse, lorsque Maxim Tkachuk, un orphelin de 12 ans, a reçu un premier prix à Londres dans le cadre du concours «Stars of Albion». Il a été primé pour son interprétation en russe de la chanson «Smouglianka», presque aussi populaire que «Katiousha».

La surprise a été d’autant plus forte que Maxim vient d’un petit village de Volhynie, à l’Ouest de l’Ukraine, fief du mouvement ultranationaliste Svoboda. Les critiques se sont abattues sur le petit chanteur prodige, qui a été accusé de trahir le pays dont il défendait les couleurs. La riposte ne s’est pas fait attendre et dans toute l’Ukraine on a pu voir des attroupements spontanés reprendre en chœur la chanson culte dans les gares et les places de marché.
Maxim ne s’est pas laissé démonter et s’est défendu devant les journalistes: «Chacun est libre de son opinion. Laissons les dire… J’aime l’Ukraine, j’aime ses gens, même s’il y en a qui revendiquent pour eux le droit au patriotisme!»
J.-M. Bovy/20.03.2020

Désintoxiquez-vous: découvrez l’Antipresse!


…En vous inscrivant à notre bulletin de liaison gratuit.

Ou mieux encore: en vous abonnant!

Bienvenue chez vous! Qui sommes-nous? | Notre manifeste | Le magazine | Essayer