fbpx
Sélectionner une page

Colonelle de l’Armée US à la retraite et ancienne diplomate, Ann Wright a démissionné du Département d’État en 2003 avec deux autres collègues pour marquer son opposition à la guerre en Irak. Depuis lors, elle a été de toutes les manifestations pour la paix et n’a cessé de dénoncer la politique belliqueuse de son pays. Voici sa dernière contribution publiée le 28 février sur le site Popular Resistance:

«99,9 % des citoyens des États-Unis ignorent totalement que la nouvelle Guerre froide contre la Russie donne lieu aux plus grandes manœuvres militaires US sur sol européen depuis plus de 25 ans.

Ils n’ont pas eu vent que 20’000 soldats US allaient être envoyés en Europe pour rejoindre les 9000 soldats qui s’y trouvent déjà, ainsi que les 8000 soldats provenant de 10 pays européens pour s’exercer à une guerre contre la Russie. Au total 37’000 militaires prendront part à des manœuvres de guerre nommées Defender 2020.

Le climat politique aux États-Unis est tellement confus que l’on peut se demander pourquoi les États-Unis lancent des actions provocatrices contre la Russie tels ces grands exercices de guerre organisés à sa frontière, alors que le président Donald Trump semble être un si bon ami du président russe Vladimir Poutine.

C’est une question valable qui met en lumière le besoin de la bureaucratie US d’avoir un ennemi pour justifier un énorme budget militaire de 680 milliards de dollars. Alors qu’au cours de l’année écoulée les manœuvres militaires contre la Corée du Nord ont été suspendues en Corée du Sud et que les opérations militaires en Irak, en Afghanistan et en Syrie ont été réduites, l’Europe devient à la suite le meilleur terrain de confrontation pour tenter de garder en activité le complexe militaro-industriel, avec tous ses grands contributeurs de fonds à la campagne présidentielle 2020.

Dans un effort pour générer un soutien national et une publicité en vue de la reprise de la Guerre froide, des unités militaires vont venir de 15 États de l’Union, y compris des États importants du point de vue électoral comme l’Arizona, la Floride, le Michigan, le Nevada, l’État de New York, la Pennsylvanie, la Caroline du Sud et la Virginie.

Dans le but de dépenser tout l’argent alloué au secteur militaire, soit plus de 680 milliards en 2020, vingt mille pièces d’équipement seront envoyées en Europe pour une mobilisation de la taille d’une division. L’équipement partira de ports maritimes situés dans des États importants du point de vue électoral, comme la Caroline du Sud, la Géorgie et le Texas.

Alors que les Européens auront connaissance de ces activités militaires, étant donné que les soldats US convoyés en car à travers l’Europe vont perturber les routes de transport civil sur 4000 kilomètres, la majorité des Américains n’aura qu’une faible idée du caractère provocateur des préparatifs militaires d’une guerre avec la Russie.»

Dans leur équipement, les troupes qui débarqueront en Europe ne devront pas oublier les masques contre le COVID 19, s’il en a été prévu au budget.

J.-M. Bovy/12.03.2020

PS — Aux dernières nouvelles (14.3.2020), le virus risquerait bien d’avoir raison de ces mégamanœuvres!

Désintoxiquez-vous: découvrez l’Antipresse!


…En vous inscrivant à notre bulletin de liaison gratuit.

Ou mieux encore: en vous abonnant!

Bienvenue chez vous! Qui sommes-nous? | Notre manifeste | Le magazine | Essayer