fbpx
Sélectionner une page

Les secteurs qui restent les plus lucratifs dans nos économies occidentales sont ceux qui sont difficiles à délocaliser. Le business et la finance yankee l’ont bien compris et nous montrent la voie. D’autant plus que le besoin est là: la population carcérale aux États-Unis ne cesse de croître en même temps que la durée des peines et atteignait fin 2016 le chiffre de 2,2 millions de détenus (fin 2011: 1,6 million). Non seulement les nouvelles prisons à construire et à exploiter sont souvent confiées au secteur privé, mais les pénitenciers en mains publiques ont de plus en plus tendance à sous-traiter leurs services: cuisine, transport de prisonniers, télécommunications (visite des détenus remplacée par la vidéo), soins médicaux et psychiatriques, transfert d’argent, acheminement de colis (voir illustration ci-dessous). Avec à la clef des commissions versées à l’administration — des «kickbacks» — sur les marchés conclus. À leur tour, les investisseurs du «private equity» se sont lancés dans la brèche en tablant sur l’excellente rentabilité de ce marché juteux.

Source: The Nation

L’auteur de la Démocratie en Amérique (1835-1840), Alexis de Tocqueville, l’avait déjà noté en 1845 dans son enquête Système pénitentiaire aux États-Unis et de son application en France, alors qu’il avait été envoyé outre-Atlantique à la recherche d’un modèle pour la réforme des prisons françaises.

« L’entrepreneur [privé] est la personne la plus importante rattachée à la prison. Les surveillants des ateliers, les contremaîtres, les cuisiniers, les boulangers, les vendeurs de victuailles, les blanchisseuses, les apothicaires, les garde malades, les serviteurs, hommes de peine et autre personnel, dont les fonctions ne sont soumises à aucune surveillance, sont choisis par l’entrepreneur… Il est clair que celui-ci n’acceptera un contrat que s’il a de bonnes chances de profit» [texte retraduit de l’anglais].

Comme on le voit, le système actuel est bien enraciné dans la meilleure des traditions américaines.

 

  • Voir aussi la Turbulence USA | L’autre goulag (Antipresse 151 | 21.10.2018).

 

JMB / 3.5.2019

Rejoignez-nous !

• Adhérez à la communauté de l’Antipresse: abonnez-vous au Drone (dès 50 € par an)!

• Envie de goûter d’abord? Inscrivez-vous au bulletin de liaison (ci-dessous) et recevez chaque semaine nos informations!

…Et soyez assurés que vos informations ne seront revendues à personne!

Bienvenue dans la communauté de l’Antipresse!

Rejoignez-nous !

Abonnez-vous au bulletin de liaison de l’Antipresse et recevez chaque semaine nos informations: le menu de notre magazine (le Drone), des articles en libre accès, des annonces d’événements…

…Et soyez assurés que vos informations ne seront revendues à personne!

Bienvenue dans la communauté de l’Antipresse!