fbpx
Sélectionner une page

C’est l’histoire du génie qui fit économiser 126’000 dollars par an à une compagnie de fast-food en ôtant juste trois grains de sésame sur les petits pains. Puis encore quatre grains. Puis encore cinq… jusqu’à ce qu’il n’en reste plus que trois en tout et que plus personne n’achète leurs hamburgers.
Omar Abid, développeur, a l’impression de vivre cette fable, désormais, en naviguant sur le web. Et en lisant son expérience, on identifie soi-même tant de détails inaperçus, mais dérangeants qui nous ont rendu la navigation de plus en plus rebutante (et de plus en plus gourmande en bande passante).
Que vous alliez sur Facebook, Twitter ou la «vertueuse» plate-forme Medium, l’accueil est le même: partout des herses, des murs et des incitations culpabilisantes à se logger. Comment, vous n’êtes pas encore membre? Jadis ouvert, le web est devenu en 2019 un «dépotoir inutilisable et hostile à l’utilisateur». L’intrusion et l’indiscrétion sont les deux mamelles de la «culture» web contemporaine.

En résumé, Omar Abid livre «son» expérience sous forme de liste. Beaucoup s’y reconnaîtront:

  • Sites Web demandant de se connecter, de s’inscrire ou d’entrer une adresse e-mail.
  • Sites Web qui demandent votre numéro de téléphone après que vous avez cédé votre adresse e-mail.
  • Sites Web demandant d’autoriser les notifications HTML5.
  • Sites Web qui téléchargent 50 Mo de données et font des centaines de requêtes pour servir 6 Ko de texte.
  • Sites Web qui ne fonctionnent pas parce qu’ils ont trop de JavaScript.
  • Les sites web qui ne fonctionnent pas parce qu’une partie du JavaScript a été capturée par uBlock Origin.
  • Sites Web qui demandent à désactiver le bloqueur de publicité.
  • Sites Web qui demandent à accepter les cookies de 41 484 façons différentes.
  • Sites web demandant à télécharger leur application mobile qui n’est pas native et qui nécessite environ 200Mb de stockage.
  • Popups pour acheter un machin ou télécharger des trucs au hasard.
  • Des reCaptcha avec des images de rue aléatoires ; qui sont parfois impossibles à résoudre.
  • Protection DDoS de CloudFlare en pensant que je suis un bot.
  • Youtube diffusant une publicité de 2 minutes 30 pour un clip de 3 minutes 30.
  • La vidéo ou le site web qui n’apparaît pas parce qu’on n’est pas dans le bonpays.
  • LinkedIn qui continue d’envoyer des dizaines d’emails malgré de multiples désabonnements ; et qui échappe d’une manière ou d’une autre au filtre anti-spam.

Etc. Encore un peu, et les gourous du web auront réussi à nous en dégoûter!

Désintoxiquez-vous:
lisez l’Antipresse!

• …en vous abonnant à notre lettre-magazine du dimanche matin

• ou en vous inscrivant à notre bulletin de liaison gratuit (ci-dessous).

…Et soyez assurés que vos informations ne seront revendues à personne!

Bienvenue dans la communauté de l’Antipresse!